Critique et chronique du livre The millionaire next door

Nouveau sur ce blog ? Vous aimeriez sans doute lire mon livre "Le guide de démarrage de la liberté financière" qui vous explique comment avoir des finances plus saines et augmenter vos revenus grâce à l'immobilier, la bourse et une entreprise à temps partiel sur Internet. 

La plupart des livres sur les finances personnelles nous expliquent comment devenir riche. The Millionnaire Next Door (Notre voisin millionnaire en français) est quelque peu différent. 

Ce livre se démarque vraiment des autres car il s'agit d'une véritable étude sociologique sur les millionnaires américains. Plutôt que de vous vendre une formule magique pour devenir riche, ce livre se base sur des faits réels pour nous expliquer comment les riches pensent et agissent. Voilà ce qui fait la force de ce livre. 

Les 2 auteurs, Thomas Stanley et William Danko ont consacré des années à interroger des millionnaires sur leur cadre de vie, leurs habitudes, leur situation familiale, la façon dont ils gèrent leur argent, leur profession, etc. 

Ils ont alors pu réaliser le portrait type d'un millionnaire. Ils ont également fait plusieurs découvertes sur les habitudes et les comportements des millionnaires américains. Et leurs conclusions sont assez surprenantes!  

Alors, quel est le portrait type d'un millionnaire ? 

Le millionnaire moyen, tel qu'il est décrit par les 2 auteurs, est chef d’entreprise et a vécu toute sa vie d’adulte dans la même ville. Il s’est marié une fois dans sa vie et l’est resté. Il économise son argent de manière compulsive et investit. Il est devenu millionnaire par ses propres moyens.

Bien différent de la croyance populaire qui est de croire que les millionnaires sont des personnes qui ont hérité de leur fortune ou sont devenus célèbres. La vérité, c'est qu'il y a beaucoup de millionnaires aux Etats-Unis (des personnes qui ont patrimoine supérieur à 1 millions d'euros) mais qu'on ne remarque même pas dans la rue, car ils ne roulent pas en Ferrari ou en Porsche, comme on aime nous le montrer à la TV. 

Les 2 auteurs, William Danko et Thomas Stanley, ont déterminé 7 traits communs aux millionnaires : 

  • Ils vivent bien en-dessous de leurs moyens;
  • Ils consacrent efficacement leur temps, leur énergie et leur argent de façon à construire leur fortune;
  • Ils estiment que l'indépendance financière est plus importante que le statut social. 
  • Leurs parents ne les ont pas aidés financièrement;
  • Leurs enfants adultes sont financièrement autonomes;
  • Ils savent saisir les opportunités de marché;
  • Ils choisissent la profession qui les correspond le mieux. 

Chaque chapitre reprend en détail les 7 traits communs aux millionnaires.

Dans cette chronique, je me contenterais de vous donner les points les plus intéressants du livre. 

La frugalité : un art de vivre

Contrairement à ce qu'on pourrait penser, les millionnaires sont économes (ou frugaux)

Ils vivent en-dessous de leurs moyens et ne sont pas de grands dépensiers. Par exemple : plus de la moitié des millionnaires interrogés n'ont jamais dépensé plus de 140$ pour une paire de chaussures et plus de 399$ pour un costume. 

Pour le millionnaire américain, la base de l'enrichissement se trouve dans la frugalité. 

C'est ce qui explique que beaucoup d’américains qui ont des revenus à 6 chiffres ne seront jamais millionnaires. Le niveau de vie qu’ils choisissent d’afficher nécessite un niveau de dépenses qui les empêche d’accumuler suffisamment de richesse.

Autres points intéressants : 

- Le millionnaire américain ne vit pas à crédit

- 80% des millionnaires achètent leur voiture au comptant. C'est pourquoi la majorité d’entre-eux achètent un véhicule d’occasion qu’ils pourront ensuite tenter de revendre quelques années plus tard. Ils ont compris que les voitures étaient des passifs et qu'il ne sert à rien de contracter un crédit pour s'en procurer une.  

Et l'investissement dans tout ça ? L'entrepreneuriat ? 

On ne devient pas riche seulement en faisant attention à ses dépenses, ce n'est qu'une partie de l'équation ! Nous en parlerons plus en détail. 

Une maîtrise de leur temps, leur énergie et leur argent

Très sûrement la partie la plus intéressante du livre. 

Thomas J. Stanley et William D. Danko distinguent 3 catégories de personnes dans leur livre : 

  1. les PAW (Prodigious Accumulator of Wealth) qui accumulent beaucoup de richesse ;
  2. les UAW (Under Accumulator of Wealth) qui accumulent peu de richesse (et donc dépensent tout) ;
  3. les AAW (Average Accumulator of Wealth) qui accumulent un niveau moyen de richesse.

Les PAW consacrent deux fois plus de temps à la planification de leurs investissements que ne le font les personnes appartenant à la catégorie des UAW. 

D'ailleurs, 95% des millionnaires qu’ils ont interrogé possèdent des actions en bourse. Mais contrairement à ce que l’on pourrait penser, ces gens là n’appellent pas leur courtier tous les matins, ils n’agissent pas en fonction des titres des journaux. Ils se moquent des hauts et des bas des marchés. Plus précisément :

-Seulement 1% des millionnaires américains achètent et vendent sur la même journée.
-20% les détiennent pour 1 à 2 ans.
-25% pour 2 à 4 ans. 

A l'opposé, les personnes qui appartiennent à la catégorie des UAW passent le plus clair de leur temps à ... dépenser tout ce qu'ils gagnent. Ils achètent souvent à crédit ou au mieux ils économisent pour financer leurs dépenses. 

Un autre point qui m'a marqué dans les différences entre les UAW et les PAW, c'est qu'il existe une relation inverse entre le temps consacré à l’achat de produits de luxe comme les voitures ou les vêtements et le temps passé à planifier et définir ses objectifs financiers futurs.

Les auteurs recommandent de consacrer au moins 1 heure par semaine à votre argent et vos investissements. 

Le millionnaire américain est-il entrepreneur ou salarié ? 

Beaucoup de millionnaires sont frugaux, ils dépensent moins que ce qu'ils gagnent et utilisent leurs excédents financiers pour investir. Mais ils ne se contentent pas seulement d'investir. En fait, une grande majorité d’entre eux sont des entrepreneurs. ou plutôt indépendants (si on utilise les termes du livre).

Ils ont gagné leur indépendance financière grâce à leur entreprise, leur style de vie frugal et leurs investissements. 

Il n'y a pas de secret. Pour réussir dans la vie, il faut aimer ce que l'on fait. Et le millionnaire américain l'a bien compris. 

Il aime sa profession comme il le témoigne (n'oubliez pas, tout ce qui est dans le livre est basé sur des faits réels). Et une fois devenu expert dans son domaine, il se met à son compte pour devenir indépendant. 

Qu'est-ce qu'on en retient ? 

L'entrepreneuriat, malgré les risques que ça implique, est sans doute l’un des meilleurs moyens d’atteindre l’indépendance financière. Et comme le font remarquer les 2 auteurs vers la fin du livre, la plupart des personnes affluentes aux USA sont des entrepreneurs. En fait, les personnes qui travaillent à leur compte ont 4 fois plus de chance d'être millionnaires que celles qui travaillent pour les autres. 

Si vous aviez encore des doutes à vous lancer dans l'entrepreneuriat ... Maintenant vous savez ! 

Qu'est-ce qu'il faut en conclure ? 

La principale conclusion du livre est que la richesse est ce que vous accumulez et non ce que vous dépensez. Si vous avez de hauts revenus mais que vous dépensez tout, vous ne deviendrez jamais riche. 

Pour pouvoir vous enrichir, vous devez : 

- Dépenser moins que ce que vous gagnez, et économiser votre argent. Il s'agit d'avoir une bonne organisation et de l'auto-discipline pour éviter les achats compulsifs.  

- Aimer ce que vous faites et lancer votre propre entreprise (dès que vous avez les ressources et compétences nécessaires). 

- Consacrer chaque mois du temps à vos investissements (bourse, immobilier, etc.)

- Consacrer une partie de votre temps et votre énergie à votre éducation. 

Est-ce que cela vous semble compliqué ? :-)

Mon avis personnel

Ce que j'ai aimé

- Comme je l'ai mentionné au début de cette chronique, ce livre est une étude basée sur des faits réels. Tout ce qui est dit par les auteurs est justifié par les résultats de leur étude. On ne nous vend donc pas du rêve. 

- Le livre déjoue tous les préjugés qu'on peut avoir sur les riches. Les riches ne sont pas plus intelligents ou chanceux que les autres. En fait, la richesse est le plus souvent le résultat d’une bonne organisation, d'une discipline hors paire et bien sûr d'une gestion assidue de son argent. Même des gens « ordinaires » peuvent devenir riches.

- Contrairement aux idées reçues, ce n'est pas parce qu'on s'enrichit et qu'on gagne plus d'argent, que notre style de vie doit changer pour autant. 

Ce que j'ai moins aimé 

- Le livre semble plutôt s'adresser aux personnes bien avancées dans la vie, qui ont une base solide d'actifs et des enfants. Ce livre ne s'adresse pas du tout aux plus jeunes (moins de 40 ans). Aucune stratégie d'acquisition d'actifs n'est détaillée (même si ce n'était pas l'objectif du livre). 

- Dans leur livre, les auteurs ont plutôt mis en avant la frugalité (peu dépenser et vivre en-dessous de ses moyens) ainsi que l'auto-discipline comme base de l'enrichissement. Les auteurs parlent très peu d'acquisition d'actifs (comme l'immobilier) pour s'enrichir. C'est un peu l'opposé de ce que dit Robert Kiyosaki dans son livre père riche père pauvre : utilisez vos revenus actuel pour d'abord accumuler des actifs (immobilier, créer une entreprise, etc.), ensuite utilisez l'argent généré par ces actifs pour vous faire plaisir (acheter une belle voiture, voyager, etc.). Ce sont deux mentalités opposés. Personnellement, je respecte les 2 opinions. 

Ma note : 4/5

Pour aller plus loin 

Chaque mois, je partage avec vous la chronique d'un livre sur les finances personnelles et l'entrepreneuriat qui m'a grandement changé. Pour être averti de la sortie des prochaines chroniques, vous pouvez vous inscrire à la Newsletter. 

Comment